Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Expérience psycho-spirituelle

4 Avril 2015, 05:40am

Publié par Baida

Expérience psycho-spirituelle

Les expériences psycho-spirituelles sont des crises de transformation. Etats de conscience modifiés, elles ouvrent la psyché à des identifications (ancêtres, personnes d'autres lieux & d'autres temps, animaux, minéraux...), à une confrontation aux grands archétypes ou au divin (immanent ou transcendent), à un sentiment d'amour absolu, au dépassement des limites du moi.

Lors des expériences psycho-spirituelles, ou transpersonnelles (Grof), la conscience s'élargit et le sujet est confronté au transcendant. Elles surgissent dans un contexte spirituel ou de manière spontanée (lors d'une ouverture « sauvage » de la conscience), mais toujours en dehors de la volonté (Jung) : éveil de la kundalini, crise chamanique, expérience mystique ou paroxystique etc

L'alcoolisme et la dépendance aux drogues sont considérées par certains chercheurs comme une quête spirituelle continûment réitérée et avortée (Si Ahmed).

Quand elles prennent la forme d'urgences psycho-spirituelles, ces expériences génèrent angoisse, sentiment de déréliction, panique devant ces espaces inconnus, terreur de sombrer dans la folie ou la mort, mais aussi éveil de la conscience, appartenance au tout, « sentiment océanique »


Suractivation du monde interne, désadaptation à l'égard du monde social : lors des expériences psycho-spirituelles, les limites moi / non moi s'estompent et les défenses ordinaires, comme le refoulement et la censure, tombent brusquement. Dans la conscience, font alors effraction des dimensions habituellement cachées du monde interne et de la réalité extérieure.

Si ces expériences sont des opportunités d'évolution, leur intégration nécessite de traverser ses propres zones d'ombre. Sans un accompagnement adéquat, il existe un risque de décompensation psychotique. Pour permettre au patient de déployer ses symptômes, il convient donc d'accueillir avec bienveillance le matériau psychique mis à jour, mais aussi de restaurer les barrières psychiques et de rétablir le statut dedans / dehors.

Leur entrée récente dans le DSM IV permet d'envisager les expériences psycho-spirituelles autrement que comme un délire ou une décompensation psychotique, dont elles ne relèvent pas forcément même si leur contenu est potentiellement psychotisant.

On distingue les émergences spirituelles (graduelles et discrètes sur un plan énergétique), et les urgences ou crises psycho-spirituelles, qui débordent une conscience affolée par les matériaux psychiques qui déferlent ; les capacités du sujet ne lui permettent pas de faire face à l'intensité et à la violence de la dissolution des limites dedans / dehors, inconscient individuel / collectif, réalité quotidienne / transpersonnelle, etc. Leurs corollaires physiologiques sont spasmes, tremblements, hypo ou hyperthermie, etc.

L'entrée épisodique en état modifié de conscience serait pour l'être humain une nécessité (Tart, Maslow). Mais dans les sociétés où le spirituel est nié, ou dominé par des religions dogmatiques, l'accès au « noyau divin » que l'on porte en soi (Dolto) peut être entravé. Or, une expérience psycho-spirituelle bien accompagnée peut justement conduire à cette évolution de l'être (Grof, Lukkof).

Les expériences psycho-spirituelles sont périlleuses mais renferment des potentialités de guérison. Quand elles surgissent hors d'une quête spirituelle, elles demandent au thérapeute de s'ouvrir à la dimension d'éveil souvent étrangère à la psychiatrie, tout en sachant diagnostiquer un épisode psychotique, dont la frontière est mince avec ces expériences.

Il s'agit d'encourager le processus sans chercher à le bloquer : lorsque la médication est indispensable, elle ne doit pas entraver l'élaboration thérapeutique. Toute médication abusive, qui ferait à la fois disparaître les symptômes et les ressources, serait catastrophique et saperait tout espoir d'évolution. La psychologie transpersonnelle et la respiration holotropique (Grof) peuvent permettre de donner au symptôme sa forme la plus complète, afin d'en obtenir le dépassement.

Manuel clinique des expériences extraordinaires.
Djohar Si Ahmed

Commenter cet article